Les écoles catholiques : une chance unique pour l’éducation en France

Les écoles catholiques scolarisent près d’un élève français sur cinq, soit 2 071 424 élèves à la rentrée 2022. Une famille française sur deux mettra au moins l’un de ses enfants dans un établissement catholique au cours de sa scolarité.
C’est une richesse unique pour ces familles comme pour le pays tout entier.

Groupe scolaire Saint-Joseph Sainte-Marie Madeleine de Château Thierry (01)

Une proposition Éducative originale

Associées par contrat à l’enseignement public, les écoles catholiques contribuent au service éducatif de la Nation et s’engagent à respecter les programmes tels qu’ils figurent dans les Bulletins officiels. Tout ce qui ne relève pas du contrôle de l’État relève de la libre appréciation de l’établissement. Chaque établissement associé est donc autonome dans l’exercice de sa mission de service public, et donc dans la mise en œuvre de sa pédagogie comme de son caractère propre.

Comme le rappelle le statut de l’Enseignement catholique, « la finalité d’une école catholique se traduit dans son projet éducatif. Chaque école catholique présente donc un visage singulier. » (article 19). Le statut qui précise également que ce projet doit « engager la communauté éducative à proposer à tous la Bonne Nouvelle de l’Évangile, transmise par la Tradition et le magistère de l’Église » (article 22) avec « une attention préférentielle à ceux qui connaissent une fragilité personnelle, familiale ou sociale. » (article 25)

Les écoles catholiques sont attachées à la liberté des consciences et ouvertes à tous, sans aucune forme de discrimination. La catéchèse et la proposition des sacrements chrétiens, dont le baptême, qui relèvent de la foi et supposent une libre adhésion, ne revêtent pas un caractère obligatoire. En revanche, la culture religieuse, qui est une transmission des connaissances, est proposée à tous les élèves.

Il y a un véritable enjeu pour faire découvrir la spécificité de nos écoles : vivre l’Évangile au quotidien, veiller à ce que chaque personne, chaque élève, soit accueilli et aimé comme le Christ le fait pour chacun d’entre nous.

Philippe Delorme, secrétaire général de l’Enseignement catholique

Une longue Histoire de générosité

Les deux millions d’élèves qui fréquentent chaque jour les écoles catholiques, étudient en salle de classe, déjeunent à la cantine, franchissent le seuil de la chapelle, courent dans les cours de récréation ou sur les terrains de sport… mais souvent leurs parents comme eux-mêmes ignorent ce qui a permis à ces écoles d’exister.  

Historiquement, la création et le développement de l’Enseignement catholique repose sur la générosité de personnes, de familles, de congrégations qui, aux 19e et 20e siècles, ont financé l’acquisition de terrains ou la construction de bâtiments. Partout en France, ce sont des dons, des legs qui ont permis à des établissements de voir le jour. Aujourd’hui, la Fondation Saint Matthieu a pour mission de faire renaître une générosité trop souvent oubliée en faveur des écoles catholiques.

Retrouvez toute l’histoire de la Fondation Saint Matthieu sur notre page dédiée.

Un équilibre Économique sensible

Le budget total des établissements catholiques associés à l’État par contrat dépasse 11 milliards €. Le financement de ce budget est assuré de la façon suivante :

  • salaires des enseignants (6,5 milliards €) :  Dans le cadre du contrat passé avec l’État, celui-ci prend en charge la rémunération des enseignants;
  • ressources publiques (2,5 milliards €) : Selon la loi Debré, les collectivités publiques (communes, départements, régions) doivent financer le fonctionnement des classes;
  • ressources privées (2 milliards €) : Outre la restauration et l’hébergement, les contributions des familles sont destinées à financer les investissements et le « caractère propre », proposition éducative spécifique de chaque école catholique.

Mais dans les faits, les contributions des familles sont amenées de plus en plus souvent à compléter le fonctionnement, ce qui provoque chaque année un important déficit d’investissement.

Or, les établissements catholiques scolaires et universitaires doivent répondre à de nouveaux besoins éducatifs, se moderniser, se développer face à une demande croissante des familles, à de nouveaux besoins démographiques ou tout simplement, accueillir les jeunes qui leur sont confiés dans de bonnes conditions matérielles.

C’est pour les aider à remplir au mieux leur mission d’éducation que la Fondation Saint Matthieu soutient leurs projets.

Sarah Rivière
Responsable Relations Donateurs
01 45 49 61 27
Envoyer un mail

Avec vous Je soutiens les jeunes

En savoir plusSur la Fondation